Etude - « Les Millenials et l’argent. Comment les nouveaux entrepreneurs réinvestissent-ils leur patrimoine ? » la Banque Neuflize OBC et Asterès livrent le résultat de leur étude

News item -

L’arrivée des nouveaux entrepreneurs issus de la génération « millenials » va bousculer en profondeur le monde des millionnaires.

  • Entre 2016 et 2026, la moitié des nouveaux venus au sein du club des grandes fortunes françaises seront des millenials.
  • En 2036, les jeunes générations représenteront 61% des millionnaires.
  • Près de la totalité des nouveaux millionnaires entre 2026 et 2036 seront nés après 1980 et plus de 90% de la nouvelle richesse créée au cours de cette décennie-là le sera par les jeunes générations.
  • En 2046, ces derniers représenteront 91% des millionnaires et détiendront 82% du patrimoine total.
 
Ces constats ressortent de l’étude sur « les nouveaux entrepreneurs et l’argent » réalisée par le cabinet Asterès pour la banque Neuflize OBC. Durant les trois prochaines décennies, les success-stories entrepreneuriales deviendront la première clientèle des banques privées. Or,
  • Ces nouveaux entrepreneurs affirment attacher moins d’importance à « l’image sociale » que représente le fait d’être client d’une banque privée.
  • Ils considèrent que la confiance et la valeur ajoutée du conseil sont les éléments déterminants dans la relation avec leur banquier.
  • Ils transforment l’univers de la philanthropie en faisant moins de dons que la génération précédente (36% contre 69%) mais en investissant davantage dans des entreprises socialement responsables (32% contre 24%).
  • Ils prennent du plaisir à investir leur argent : 59% d’entre eux déclarent éprouver un intérêt manifeste pour la gestion de leur portefeuille, contre 49% pour les générations précédentes.
Une révolution profonde à laquelle Neuflize OBC, la plus vieille banque privée française, âgée de 351 ans, se prépare dès aujourd’hui.

« Les millenials sont nés avec la crise de 2008 et ont été profondément marqués par elle, explique Nicolas Bouzou, fondateur d’Asterès. Ils demandent à la fois de la sécurité, de la rentabilité mais aussi du sens, trois injonctions apparemment contradictoires pour une banque auxquelles devront s’adapter les leaders financiers de demain ».
« Les conclusions de cette étude sont autant de défis à relever pour les banques privées qui veulent se positionner sur les prochaines décennies, détaille Laurent Garret, Président du directoire de la Banque Neuflize OBC. Ces entrepreneurs ont pris tous les risques pour réussir, ils veulent être acteurs de leur capital et exigent de leur banquier réactivité, innovation, expertise ».​ (TXT 0 KB)

Consulter l'étude​ (PDF 1 MB)
Télécharger le communiqué de presse​ (PDF 355 KB)

Partager