Equity: La crise Covid-19 comme accélérateur de changement

Piet SchimmelPiet Schimmel

Piet Schimmel

Expert thématique en matières d’actions

Equity: La crise Covid-19 comme accélérateur de changement

Les investisseurs peuvent s’intéresser aux thématiques qui vont bénéficier de cette crise sanitaire inédite. Des opportunités se dessinent dans des domaines tels que les achats en ligne, les paiements numériques, le divertissement à domicile et les technologies qui permettent le télétravail , comme le cloud ou la cybersécurité. Les entreprises devraient également rapprocher leurs chaînes d'approvisionnement de leurs clients, ce qui devrait profiter aux fournisseurs d'automatisation industrielle. Du côté de la santé, la téléconsultation s’est largement démocratisée. Enfin, les services aux collectivités continuent le développement des énergies renouvelables, qui, malgré le faible prix du pétrole, restent l’option parmi les moins chères.

Le e-commerce et les divertissements en ligne bénéficient d’un vent porteur

Une grande partie de la population mondiale est obligée de rester chez elle et de travailler depuis leur domicile. Cette situation accélère l'utilisation des réseaux sociaux, des paiements numériques, des produits favorisant un mode de vie plus sain et du e-commerce. Même les personnes les plus réfractaires sont contraintes de passer du « hors ligne » au « en ligne ». Une fois que les consommateurs auront fait l'expérience de cette facilité, et constaté les avantages des achats et des services en ligne, il sera difficile de faire un retour en arrière. Pour ce qui est des loisirs, les activités à l’extérieur ont été très limitées et devraient le demeurer, dans une certaine mesure, au cours des prochains mois. Par conséquent, la popularité des divertissements en ligne, tels que l’accès aux films et séries ou aux jeux vidéo, a augmenté de manière significative.

Intensifier les efforts dans le domaine du numérique

Pour pouvoir travailler à domicile ou ailleurs, les entreprises accélèrent leurs investissements dans le cloud computing ainsi que dans la digitalisation. Avec l'arrivée du coronavirus, les chaînes d'approvisionnement sont apparues très fragiles. Selon une enquête de l'Institute Supply Management américain, 75 % des entreprises ont connu des perturbations causées par le confinement. Cela va probablement induire une production plus flexible et plus locale. Pour réduire les coûts et améliorer la flexibilité, il faudra davantage d'automatisation, ce qui nécessitera une meilleure utilisation des données et des niveaux de cybersécurité accrus. Cette tendance profitera aux entreprises d'automatisation industrielle, aux fabricants de semi-conducteurs, aux développeurs de logiciels basés sur le cloud et aux fournisseurs de services de sécurité informatique.

Le secteur de la santé se modernise

En raison de la pandémie, le système de soins de santé a connu une explosion des téléconsultations médicales, de la livraison à domicile de médicaments, de la surveillance à distance des patients ainsi que des tests de dépistage réalisés en pharmacie plutôt qu'en cabinet médical. Ces solutions existaient déjà auparavant pour améliorer l'efficacité et la qualité des soins, mais elles ont été renforcées durant cette période. Des outils supplémentaires seront nécessaires pour que celles-ci restent abordables, leur demande augmentant sur le long terme avec le vieillissement des populations. Enfin, le secteur de la santé bénéficie d'un soutien accru de la part de la population, cela crée un contexte favorable pour les compagnies pharmaceutiques et d'assurance maladie.

Enfin, le développement des énergies renouvelables et du stockage de l'énergie se poursuit. La demande des services publics pour les installations d'énergies solaire et éolienne semble intacte malgré la crise et la baisse générale des prix du pétrole. La production d'énergie renouvelable reste dans la plupart des régions l'option la moins chère et devient plus intéressante grâce aux innovations en matière de stockage de l'énergie. Selon l'Agence internationale de l'énergie, les énergies renouvelables sont la seule source d'énergie qui connaîtra une croissance positive en 2020. Nous continuons à voir des opportunités dans l'énergie éolienne et solaire ainsi que dans le stockage de l'énergie et les entreprises qui améliorent le réseau électrique.

Télécharger l’infographie

Infographie​ (PDF 1 MB)

FAQ

Pourquoi la reprise prendra-t-elle du temps ?

Nous prévoyons le point bas de la récession au deuxième trimestre. Une reprise automatique suivra au troisième trimestre, lorsque les économies redémarreront. Toutefois, nous ne prévoyons pas de reprise soutenue et forte avant le deuxième trimestre 2021.

Pourquoi ?

  • D’abord, parce que les mesures de restrictions d’activité ne seront levées que progressivement et que la distanciation sociale aura des impacts sensibles à moyen terme. Nous constatons ainsi en Chine que les consommateurs restent prudents de ce fait. Cela touche en particulier le secteur des services.
  • Ensuite, le déconfinement pourrait générer une résurgence du virus et forcer un durcissement temporaire et ciblée de certaines mesures de restriction d’activité.
  • Enfin, la lenteur de la reprise accroît l'impact des effets secondaires, à savoir une augmentation du chômage (qui frôlera les 20% aux Etats Unis dans les semaines à venir) et des faillites. En conséquence, la reprise pourrait être encore plus lente qu’escompté.

Qu’en est-il des actions ?

Le rebond des marchés d’actions mondiaux a alimenté la revalorisation de cette classe d’actifs qui offre un ratio cours sur bénéfice de 16, proche de sa moyenne de long terme. Nous sous-pondérons actuellement les actions au sein de notre portefeuille, considérant que la valorisation n’offre pas de coussin de sécurité à toute mauvaise nouvelle potentielle. Cependant, à moyen terme, nous sommes positifs sur les actions, cette classe d'actifs disposant d’un rendement annuel escompté de plus de 6% pour les prochaines années, alors que le monétaire et les obligations d’Etat de la Zone € devraient offrir des rendements négatifs ou proches de zéro..

Quels sont les secteurs qui profitent de cette pandémie ?

Parmi les opportunités que nous voyons aujourd'hui, citons : les achats en ligne, le divertissement à domicile et la technologie qui permet de travailler à domicile ou de consulter un médecin en ligne. Nous continuons également à investir dans les énergies renouvelables et le stockage de l'énergie.

Les matières premières font-elles partie des perdants ?

En raison du conflit pétrolier et de la chute de la demande de pétrole, les secteurs liés aux ressources naturelles font partie des perdants. Il est cependant encore trop tôt pour investir dans les matières premières. En ce qui concerne le pétrole, il faut d'abord attendre un ré-équilibrage entre l'offre et la demande. Pour l’or, tous les signaux semblent être bien orientés. Néanmoins, nous restons prudents, les positions spéculatives étant très importantes sur cet actif, l’exposant à une correction abrupte.

Mieux nous connaitre

Risques liés aux investissements

Nous rencontrer