Septembre : Quoi de neuf, Docteur GAFA ?

News item -

L’avenir de la santé passe sans aucun doute par la Silicon Valley. Plus un mois ne s'écoule sans que les géants californiens du Net ne communiquent sur une grande avancée médicale réalisée grâce à leurs équipes.

En août, la revue Nature Medicine a ainsi confirmé les excellentes performances d’un système de dépistage des maladies oculaires mis au point par DeepMind, une filiale britannique de Google spécialisée dans l’intelligence artificielle. Grâce à l’analyse des scans 3D de la rétine, cette invention permet non seulement de détecter automatiquement les symptômes de cinquante pathologies de l’œil, mais également de préconiser les soins ad hoc, rapporte la version française du magazine américain Forbes.
 
Autre avancée impressionnante en cours : le nouveau projet de recherche en imagerie médicale dévoilé par Facebook (source : Business Insider France). En association avec l'école de médecine de la New York University, le géant des réseaux sociaux a pour ambition d’aider les radiologues à émettre leur diagnostic en dix fois moins de temps grâce à la comparaison avec des dizaines de milliers de cas cliniques compilés par l’intelligence artificielle. Une annonce qui tombe à point nommé pour faire oublier le scandale Cambridge Analytica, du nom de cette entreprise dont Donald Trump s’est servi lors de la dernière élection présidentielle aux USA pour analyser les données de dizaines de millions d’utilisateurs Facebook à leur insu.
 
Et pendant ce temps, quelles informations en provenance d’Europe ? À en croire Laurent Alexandre, fondateur du site Doctissimo, le Vieux Continent ne brille pas par ses prouesses en matière de high-tech médicale. Dans une interview donnée au site Atlantico, il plaide pour le développement de programmes numériques de santé au niveau de l’Union Européenne. « Nos Centres hospitaliers universitaires (CHU) sont en danger de mort, ajoute-t-il. Si la médecine est, demain, inventée par les géants du numérique, ils connaîtront, après une longue agonie, le sort de Kodak. » Pour retrouver un peu d’espoir, on lira en contrepoint l’éditorial de Philippe Mabille, directeur de La Tribune, un peu plus optimiste sur le même thème. Car le journaliste rappelle que c’est une Française, Emmanuelle Charpentier, qui vient d’inventer le « couteau suisse » de l'ADN, le fameux CRISPR-Cas9. Et que c’est à une startup hexagonale, Wandercraft, que l’on doit l’exosquelette Atalante, qui permet à des paraplégiques de marcher. Façon de rappeler que l’avenir de la santé n’est pas seulement digital.

Quelques contenus du mois de septembre à retrouver sur Prismes :

[Entretien] Guy Vallancien “Les ordinateurs les plus sophistiqués ne remplaceront jamais la relation avec le patient”

Partager